Rencontre avec Guillaume Lom Puech

samedi, 29 février 2020
Rencontre avec Guillaume Lom Puech

L’équipe Friction a rencontré notre partenaire Guillaume Lom Puech, Directeur de Strate Ecole de design campus de Lyon, pour nous parler du rôle et des actions de Strate au sein de la rencontre Friction des territoires, qui aura lieu les 05 et 06 juin prochain au cœur de l’établissement.

Peux-tu nous dire un mot sur l’école Strate ?

Strate, Ecole de design est une école de design qui a 27 ans avec quatre campus dans le monde.

L’école porte un projet singulier pour le design et souhaite positionner la discipline au centre des enjeux tout en redéfinissant le rôle du designer comme porteur de projet.

Pour cela Strate forme des designers capables de s’emparer de questions complexes, notamment sur l’amélioration des conditions de vie des usagers et des citoyens grâce au formidable levier du design de service, d’expérience, d’espace, d’objet, de système d’interface, d’interaction, ainsi que de mobilité.

Le rôle du designer est aujourd’hui de placer la création et l’innovation au service de l’usager et ainsi, comme le souligne Strate, «rendre le monde plus simple, plus juste et plus beau».

Quel est ton métier ?

Je suis profondément designer dans ma manière d’aborder le monde.

Je suis également entrepreneur dans la manière et la volonté de construire et manager des projets. Et en même temps, je m’engage dans l’éducation, qui est un enjeu majeur pour la construction de notre monde à venir. Les étudiants et les acteurs d’aujourd’hui façonnent le monde de demain, c’est donc en ça que le défi de l’éducation est passionnant. La richesse des réflexions prospectives au cœur de mon métier me stimule énormément.

Guillaume Lom Puech

Qu’est-ce que ça t’évoque Friction des territoires en termes de contenus ?

Pour moi, c’est un sujet ancré dans nos réalités, c’est un sujet qui revient au centre du débat politique. C’est d’un côté la nécessité de devoir repenser nos modes de société face aux enjeux climatiques afin de réinventer nos rapports au vivant, à la production, à la consommation, aux modes de vie. De l’autre c’est aussi une autre approche de ce changement de paradigme qui doit être envisagée à l’aune de la diversité de territoires, de leurs enjeux mais surtout des citoyennes et citoyennes qui donnent corps à ces territoires.

Lorsque l’on parle de design, on parle d’usage. Et ces usages doivent être penser en fonction de la diversité des territoires mais c’est aussi ceux qui font le territoire et les citoyens qui l’utilisent et y vivent. Qu’ils soient ruraux, périphérique, métropolitains ou de villes moyennes, la diversité de ceux-ci n’appelle pas les mêmes réponses.

Ainsi, Friction des Territoires, c’est selon moi, une réflexion prospective pour repenser demain en puisant les réponses dans la richesse et la diversité des territoires et des acteurs.

Quelles sont tes participations et actions en tant que partenaire sur la rencontre ?

En tant que partenaire, je souhaite accompagner IxDA et Common Future(s) à la fois dans son contenu et également en mettant à disposition l’école Strate le temps de la rencontre. Ce sont des espaces conçus pour développer la créativité. Ils sont agiles, modulables et fonctionnent autant pour des espaces d’enseignement, que pour accueillir des événements.

Au quotidien, ces espaces sont le terrain de jeux et d’actions des étudiants qui souhaitent mettre à profit leur compétences de designers, de penseurs et de créatifs pour devenir les facilitateurs de la rencontre Friction. En même temps, les étudiants sont des futurs acteurs de ce territoire, il leur faut donc acquérir des outils et l’ouverture pour agir sur le monde et ainsi ne pas être uniquement observateurs et consommateurs de leur cadre de vie.

Quelles sont les enjeux du territoire dans les 10 prochaines années au regard des 4 grandes thématiques de Friction ?

Principalement les enjeux climatiques. C’est-à-dire, repenser notre rapport au vivant et nos manières d’habiter la terre, - en portant une attention particulière à l’ère géologique dans laquelle nous sommes aujourd’hui, l’anthropocène - qui doivent être au cœur de nos réflexions et nos responsabilités.

Notre responsabilité est importante, et notamment en tant que citoyen, pour faire face à nos contradictions et pouvoir s’engager pour agir concrètement et être moteur du changement.

L’enjeu d’équité territoriale et de différenciation est également primordial pour construire des projets. Il s’agit de comprendre les spécificités des lieux, sites et territoire et ainsi ne pas apporter partout les mêmes réponses. C’est-à-dire partir des acteurs et ressources pour construire des approches et des solutions en phase avec les réalités territoriales. Plutôt que d’homogénéiser les projets, les actions, il faut créer et conduire des solutions cousues main.

Les enjeux d’inclusion citoyenne sont essentiels car il est impératif d’ouvrir le débat et donner les clés de la réflexion mais également de l’action pour impliquer les citoyennes et citoyens et ainsi donner un nouveau souffle à la démocratie locale.

Enfin, les enjeux de l’éducation qui sont primordiaux, notamment parce que nous sommes au sein d’une école. C’est notamment par l’éducation que les réflexions, les projets naissent. C’est par l’éducation que s’opèrent les changements et les évolutions sociales, climatiques, territoriales. Et c’est également par l’éducation qu’adviennent les femmes et les hommes de demain.

Comment ces enjeux trouvent un écho dans les pratiques de l’école ?

Tout ce que l’on fait ici à Strate, c’est de la médiation et du design, c’est à dire rendre la complexité accessible, c’est simplifier pour pouvoir en avoir un résultat tangible, lisible, diffusable et sur lequel on peut échanger. Tout ça s’intègre totalement dans la pédagogie de Strate.

Premièrement, la volonté de l’école de s’ouvrir à l’extérieur et au débat public pour être un acteur politique, porter une voix, un discours et rassembler au sein de l’école un ensemble de personnes pour alimenter la réflexion. C’est important, car, en plus d’être particulièrement inspirant et enrichissant, cela met les étudiants en confrontation et contradiction avec d’autres façon de faire et de voir.

Deuxièmement, c’est une école du débat qui porte un regard particulier sur les enjeux du 21éme siècle. Comprendre et travailler sur ces changements qui nous traversent est essentiel pour les étudiant qui vont alimenter leur réflexion et ainsi leur donner le terreau à leurs créations. Pour eux, cela va être essentiel de penser le monde, être créatif en fonction des contraintes du monde dans lequel ils vivent pour mettre en place leurs projets.

Toutes ces réflexions, à différents niveaux vont alimenter et inspirer nos programmes pédagogiques jusqu’à l’ouverture très prochainement d’un Master of Science sur les stratégies à adopter face aux enjeux de l’anthropocène et sur le rôle du design comme catalyseur et générateur de solutions. C’est pour cela qu’un événement comme Friction va venir alimenter ces réflexions.

Quelles sont tes attentes à l’issue de la rencontre Friction ?

En tant qu’école, la volonté c’est de pouvoir faire en sorte que les étudiants se sentent à leur place et s’engagent dans ce débat en devenant accompagnateurs, facilitateurs pour ainsi fluidifier la parole, la rendre transmissible.

La première chose c’est que le processus comme le résultat doivent leur permettre d’élargir leur compréhension et leur approche du design.

Deuxièmement, ce résultat doit être diffusable et archivable pour avoir une traçabilité de l'événement.

Et un dernier élément essentiel, c’est une thématique relativement large qui questionne beaucoup de pratiques, de métiers, à la fois du secteur privé et public, institutionnel et associatif. Il faut que cet évènement puisse être un carrefour pour rassembler ces différents acteurs et alimenter le débat, au-delà des étiquettes.

Si l’on arrive à ça, on aura proposé une expérience du débat et des échanges assez intéressants qui peuvent faire date tant dans l’approche des enjeux, le processus de réflexion que la formulation de solution complexes et adaptées.

Selon toi, pourquoi il faut participer à la rencontre Friction ?

J’aime beaucoup l’idée que Friction puisse faire de cette rencontre un lieu d’expérience. En étant un carrefour de disciplines, d’horizons et d’acteurs, cet événement est la formidable occasion de générer de l’expérience en se libérant des codes traditionnels.

Renouveler le modèle de mise en relation et de réflexion pour réinventer nos manières de penser et d’agir est l’un des défis du designer. Je suis fier d’héberger et de participer à un tel événement.

Friction 2021 est concocté par

Logo Ixda
Logo Common Future S